Une Balade pour Joannès

Danse et récit de la mort d’un enfant, à jouer en extérieur pour le rendre public

Joannès Troubetzky, né le 3 février 2014, décédé le 9 juillet 2014.

Une balade pour Joannès, mon fils.

Il me semble que la plupart des mères aiment parler de leurs enfants, qu’ils soient vivants ou qu’ils soient morts.

Il y a d’abord eu la nécessité de prendre l’espace de ce vide entre lui et moi, à défaut des cris, je l’ai rempli avec des mots.

Il y a aussi, je crois, une certaine volonté de faire savoir à une société sourde à la maladie, sourde à la mort, que tout cela, même si bien caché, existe.

Si mon corps garde quelques traces attestant de la naissance de Joannès, mon corps ne garde aucune trace de sa mort.

Composer une danse à partir d’un long poème écrit après sa disparition, en convoquant ma mémoire corporelle.

Rencontrer d’autres mères, par des cycles de pratiques chorégraphique, mettre en relation nos gestes, puis en devenir l’interprète.

Tenter de passer d’une histoire intime à une histoire commune.

Le dossier ici

Enjeux et mise en jeu

Cette pièce chorégraphique pour une danseuse et une comédienne, s’écrit pour la rue, les places publiques et les halls passantes

Choisir la danse, pour attacher solidement la mort à la vie.

Choisir de démultiplier les témoignages, d’être plusieurs, d’être visibles.

Faire de cette expérience intime, une expérience commune par la contribution de gestes, le don que feront à la création d’autres mères ayant perdu un enfant quel qu’en soit l’âge et la raison.

Ces gestes donnés s’ajouteront aux miens, ils feront partition chorégraphique, j’en serais l’interprète.

Partenaires

Un premier cycle d’ateliers de récolte et de partage de gestes débutera en novembre à Saint Marcellin, en partenariat avec le service Action culturelle et le service Cohésion sociale (avec la Maison des familles) de Saint Marcellin Vercors Isère Communauté, et le CCAS de Saint-Marcellin (avec le centre social la Fabrik).

En équipe artistique et d’accompagnement, nous débuterons un travail préparatoire avec l’outil hypnotique avec Léo Poncelet au Château de l’Herm, au Monastier sur Gazelle (43).

Pour le processus de création nous serons accueillies à La Navette et l’ACCR 5ème saison et à La Scierie à Avignon (84).

Nous sommes à la recherche d’autres lieux pour mener un autre cycle d’atelier, mais également pour les temps de travail relatifs à interprétation chorégraphique et à la mise en rue.

Premier pas au Château de l’Herm. Préparation hypnotique guidées par Léo Poncelet pour assurer la suite avec bras, bassins et consciences augmentés.